.

Travail de decor d’ambiance pour les collectifs Espace et Noria lab. J’ai crée le décor en collaboration avec K-misol (Noria). Création mélangeant peintures, collages et lumières. Décor pour spectacle vivant.

Voici les premières critiques du spectacle qui résument bien l’idée perçue!

Les spectateurs ont assisté à une véritable expérience sonore et visuelle. Pour cette première parution sur scène, l’équipe d’Alshimix a tout donné pour nous offrir un spectacle de qualité. Après une prestation comme celle-ci, le nom de ce spectacle prend tout son sens. Il est clair que l’alchimie a rendu possible cette union d’artistes. Sur un fond sonore électronique, parfois accompagné d’une basse ou d’une guitare au son saturé, on ne peut rester indifférent à ce rap parfaitement maitrisé et scandé d’une manière brutale et sans détours. Les personnages sont alors plongés dans une atmosphère oppressante. En ce lieu malsain, tous semblent avoir perdu une part de leur humanité : on les voit passer tout le long de la pièce par divers états : le doute, la crainte, le sadisme, la tentation, la culpabilité, le soulagement… Tous ces sentiments prennent possession d’eux, une transformation dérangeante pendant laquelle la musique s’offre une grande liberté. La représentation de ce soir est qualifiée de « steampunk » par ces auteurs, on peut d’ailleurs rapidement le deviner dans le choix des éléments de décors : un monde de machine. Alors peut être que l’histoire prend ses racines et son inspiration dans la société industrielle du XIXe siècle. De ce point de vue là, on comprendrait la volonté du scénariste à mettre en valeur les conséquences d’une main d’oeuvre « robotisée ». A la fin du spectacle, les applaudissements parlent d’eux même. Pari réussi pour Alshimix, qui n’avait ce soir-là qu’une humble ambition : plaire à son public. Quelques minutes plus tard, nous sommes allés à la rencontre d’un des artistes pour tenter d’obtenir plus de détails sur l’histoire de la pièce en elle-même. A la fin de l’échange, le mystère reste entier. Nous n’en saurons pas plus. A vous de vous faire votre propre interprétation ! –( Article du Festival Météores.)–

© Crédit photos: Vincent Bauza, Festival météores et Collectif noria.

Publicités